Bicorne claque d'officier Pharmacien

1258

Guide des tailles

Availability: In Stock

200,00 €

Con l'acquisto di questo prodotto è possibile raccogliere fino a 20 Punti fedeltà. Il totale del tuo carrello 20 punti che può essere convertito in un buono di 4,00 €.

Bicorne. Le chapeau de Base du chapeau Napoleon est le Bicorne NAPOLEON aussi appelé chapeau commissaire de la révolution. Le chapeau est fabricqué en feutre de laine. La fabrication est française. Chapeau avec les bords droit devant et derrier. Le bicorne e un dimension de 55 cm avec une hauteur de 23 cm.

Le bicorne est la coiffure majeure, qui apparaît à la fin du 18e siècle, porté, alors, autant par les civiles que par les militaires. Il devient, dans le courant du 19e siècle, le couvre chef exclusif des représentants de l'État, des officiers de l'armée et des représentants de la police Bicorne :Chapeau ( à deux cornes)

Vient du latin : cappellus, caput, cappa, coiffure

Chapeau : signifie en outre au moyen âge et jusqu’au début du 16e siècle « couronne de fleurs »

La Révolution française adopte le chapeau à deux cornes. En effet, pendant la guerre de la révolution, l’infanterie française substitue le chapeau à trois cornes par le bicorne qu’elle porte non comme le prescrit l’ordonnance mais l’une de ses grandes cornes en avant. Ceci a l’avantage de faciliter le maniement de l’arme.

Le chapeau est en feutre (étoffe de laine foulée). Sur le bord supérieur gauche, une ganse en galon est cousue et fixée en bas par un bouton d’uniforme avec le chiffre du régiment. La ganse maintient une cocarde surmontée d’un plumet, pompon ou carotte, lesquels sont de couleur rouge pour les grenadiers.

L’apparence du chapeau et son port varient selon le temps et la mode. Toutefois, il semble que le soldat le met généralement « en bataille » c’est-à-dire en travers, à la différence des officiers qui le portent en colonne.

Son service prend fin dans l’armée en 1806, lorsqu’on le remplace par le schako ou le bonnet à poil. Seuls l’état-major, l’administration, les généraux, les maréchaux et les officiers qui ne sont pas de service continuent à le porter

La cocarde était une petite bande d'étoffe plissée qui se mettait sous la ganse du chapeau. On écartait les plis sur les bords, ce qui lui donnait l'aspect d'un papillon. En écartant davantage les plis, elle devenait circulaire; c'est la forme qu'on lui a définitivement donnée. On la faisait en basin, en tissu de poil de chèvre, et pour les shakos des soldats, en cuir ou en fer-blanc ; dans ce cas, on indiquait les plis par des rainures dans le sens des rayons.

Blanche jusqu'en 1790 et pendant la Restauration, elle a été tricolore sous la République, l'Empire, et la Monarchie de juillet, avec des différentes dispositions pour les couleurs.

Sur une annonce de mise en vente de la cocarde nationale, acceptée par M. me marquis de Lafayette le 17 décembre 1789, on lit que son relief est blanc sur fond bleu entouré de rouge.

On trouve sous la république la cocarde présentant un disque bleu entouré d'un fond blanc sur lequel se trouve un mince anneau rouge.

Sous l' Empire, le Ministre rappelle aux chefs de corps que la cocarde ne doit pas cesser d'avoir le bleu au centre et le blanc à la circonférence, le rouge entre les deux. Aussi en 1814, il a suffit de cacher le centre par une pièce blanche pour que la cocarde parut entièrement blanche ; en 1815, au retour de l'Empereur, l'enlèvement de cette pièce a rétabli immédiatement la cocarde tricolore.

Le diamètre des cocardes à été en millimètres:

En 1786 : sur le chapeau : 95 mm

En 1791 : sur le casque : 54 mm

En 1810 : sur le shako : 74 mm

En 1815 : sur le shako : 70 mm

Etat des dimensions suite à l’arrêté des Consuls de la République du 9 Thermidor an VIII, (27 juillet 1799).

Chapeau d’infanterie. Coiffure : La forme, de 115mm, (4pouces 3 lignes), de profondeur; 162mm, (6 pouces), dans les cornes; 162mm, (6 pouces), du devant; 174mm, (6 pouces 5 lignes), sur le derrière; ciffe en toile grise, avec un cuir par devant, de 176mm, (6 pouces ½), de long sur 54mm, (2 pouces), de large ; ganse en galon de laine jaune, de 11mm, (5 lignes), de large; bouton jaune au numéro du corps ; bord en laine bien frappé, de 20mm, (9 lignes), de large, à cheval sur le feutre; (4 Fr 80).

Sources: http://www.waterloo-reconstitution.com/uniforme.htm#Lebicorme

Produits similaires