Langue
Devises : €

Fabrication du chapeau de feutre

Comment est fabriqué un chapeau en feutre ?

La fabrication d'un chapeau en feutre requière 7 semaines même dans les grandes manufactures car la conception d'un chapeau de ce type reste purement artisanale.

Quelle est la différence entre le feutre et les autres tissus ?

Un grand nombre de personnes se méprennent sur le feutre : ils pensent qu'il s'agit d'un tissu comme un autre. Ils se trompent, le tissu et le feutre ne demandent absolument pas les mêmes procédés de fabrication.

La fabrication d'un chapeau en feutre diffère de tous les autres tissus car elle demande une myriade de courtes fibres animales, difficiles à travailler à cause de leurs tendances naturelles à "ramper" et à cause de leur capacité à se tordre lorsqu'elles sont manipulées dans de l'eau chaude ou dans de la vapeur chaude. Le feutre est connu pour être un tissu résistant car les fibres qui le composent sont liés dans tous les sens avec d'autres fibres. Les autres tissus sont constitués de fibres, tordus en fils et tissé à la main ou à la machine. Comme ils sont tissés soit en angle, soit en lignes parallèles, ils sont vulnérables et peuvent se déchirer le long des lignes.

De quoi est composé le feutre ?

Les chapeaux en feutre peuvent être élaborés à base de feutre de laine (bon marché) ou en feutre de poil (prix moyen a élevé suivant le poil). La fourrure de lapin est utilisée dans la majorité des chapeaux de fourrure. La fourrure de lièvre est de meilleure qualité, elle est souvent plus ou moins mélangée avec de la fourrure de lapin pour produire des chapeaux dans une gamme de prix plus abordable. Le Beaver et le ragondin sont synonymes d'un chapeau de feutre de meilleure qualité. La fourrure de rat musqué est également une matière première utilisée.

Par "fourrure", on entend le duvet sous fourrure de ces animaux, et non les longs poils crépus communément appelés fourrure. C'est uniquement cette sous fourrure, avec ses fibres verouillées ensemble, qui garantit la solidité du chapeau de feutre.

Comment est récoltée la fourrure utilisée pour fabriquer le feutre ?

Pour récolter le duvet, les longs poils sont arrachés ou cisaillés. La sous-fourrure restante est alors traitée chimiquement pour enlever les barbes microscopiques, le feutre est alors de meilleure qualité. Le feutre est ensuite enlevé de la peau ou, pour être plus précis, la peau est enlevée du feutre. Pour enlever cette peau, une machine la prélève et la découpe à l'aide de couteaux. La fourrure extraite conserve la forme de la peau , la qualité de celle-ci varie en fonction de l'endroit ou elle est coupée : les joues, les flancs, les côtes, ect. Elle est ensuite emballée dans des sacs en papier et stockée. Cette fourrure est appelée "long de stock", tandis que la fourrure de garniture est appelée "shortstock".

Comment est raffinée la fourrure ?

Le sac de fourrure est livrée chez le fabricant de chapeau. Elle passe alors par plusieurs étapes de mélange et de raffinage avant qu'elle ne soit prête à être utilisée dans la fabrication du chapeau. Après le mélange, la fourrure prend un couleur grise marbrée, la couleur d'origine est à peine visible.

La fourrure ainsi mixée est ensuite "soufflée", c'est à dire que la fourrure coagulée, l'air et la saleté sont éliminés. La matière ressemble alors à une feuille fine de coton gris, douce, légère et duveteuse.

Quels sont les étapes de fabrication du chapeau de feutre ?

La fabrication d'un chapeau de feutre se fait en deux grandes étapes.

Tout d'abord, la fourrure est travaillée dans un grand cône lâche, le cône est rétréci et incorporé dans le chapeau fini. La formation du cône est la clé pour un chapeau de feutre réussi. Ce processus est réalisé dans une machine spéciale. Imaginez un compartiment verticale, cylindrique, et à l'intérieur de ce compartiment, à l'étage, un cône de cuivre d'environ 3 pieds de haut, pointe vers le haut. Ce cône tourne lentement. Il est perforé, et un ventilateur d'extraction, situé en dessous, aspire l'air et la fourrure en vrac, dans la chambre, vers le cône.

Après avoir été préalablement pesée, la fourrure est aspirée vers le bas par le ventilateur, et se dépose sur le cône de roulement. Les fibres sont déposées en couches fragiles : elles peuvent être brossées avec un doigt. L'opérateur enroule soigneusement ces fibres autour du cône et les immerge pendant une courte période dans une cuve d'eau chaude. C'est à ce moment là que le feutrage commence : l'eau chaude rétrécit légèrement les fibres qui sont tricotées en une mince couche de feutre.

La couche de feutre est enlevée du cône, sa taille est alors bien supérieure à celle du chapeau fini. Elle est si délicate qu'il faut la manipuler avec un soin extrême. Commence alors le rétrécissement du feutre.

Le corps est plié, trempé dans l'eau chaude, et roulé avec la pression. De temps en temps, il est ouvert, contrôlé, et si tout se déroule correctement le processus est répété. Sous l'action conjointe de l'eau chaude et de la pression, les fibres diminuent, se resserrent les unes dans les autres jusqu’à ce que le corps atteigne la taille finale. Il est si étroitement feutré qu'un homme fort ne peut pas le séparer.

Ce travail est dur et laborieux d'autant plus qu'il faut effectuer cette manœuvre rapidement de peur de défraîchir et de détériorer le feutre. Cette besogne peut être assurée par des machines mais, la plupart du temps elle est effectuée à la main, surtout pendant les premiers stades critiques, lorsque le cône est grand et délicat. Les machines utilisées ressemblent aux machines "rouleaux" telles que les grandes essoreuses de lavage. Le roulement à la main est simulé mécaniquement : les corps sont enveloppés dans des draps et conduits à travers les rouleaux trempés d'eau chaude.

Outre la barbe ou la technique de verrouillage de feutrage, il ya plusieurs autres techniques d'entrelaçage et de plastique. Selon la théorie de l'entrelacement, les fibres sont contraintes entre eux en raison de la manipulation mécanique. La théorie de plastique retient que la fourrure devient temporairement plastique à des températures plus élevées, et représente la plus grande facilité bien connue de feutrage dans des solutions acides et la nécessité d'utiliser l'eau chaude ainsi. Probablement aucune théorie de feutrage ne représente tous les faits.

Une ébauche est obtenue par étirage : c'est à dire la forme finie en bloquant la couronne et le bordage du bord. L' étirement de la couronne se fait sur une machine sur laquelle le cône est placé, et étiré par des doigts métalliques. Le doigt "masse" la pointe du cône, et enfonce le feutre dans le cadre.

La forme du chapeau de feutre est imprimée en le mouillant et en le tirant sur un bloc de bois. La forme définitive est solidifiée avec de la vapeur et un fer à repasser. Le bois des blocs provient du peuplier américain, choisi car il n'a pas de grain ou de stries dur. Lorsque le cône est pressé sur le bois il n'imprime pas la texture de celui-ci.

Le bloc d'origine est fabriqué à la main, il est ensuite copié par des machines. Le fabricant de chapeau doit posséder non seulement un ensemble de blocs, pour chaque style de chapeaux, mais aussi des blocs pour chaque texture.

Le réglage de la visière du chapeau est appelé flanger. Les bordssont repassés à plat, et coupés à la largeur souhaitée. Ils sont ensuite gondolés, posés sur un rebord en bois, repassés à nouveau, et enfin séchés et pressés tout en restant sur la bride.

Entre le moment ou le corps est fabriqué et la forme définitive du chapeau, le couvre-chef en feutre reçoit plusieurs traitements. Il est teint, ce travail minutieux est habituellement effectué dans les premiers stades du feutrage. Le bord est imprégné avec la juste dose de raidisseur gomme-laque pour le faire tenir en place. Enfin l'ensemble du chapeau de feutre est frotté avec du papier de verre à plusieurs reprises en fonction de la finesse recherchée.

Enfin, le chapeau de feutre est soigneusement coupé, doublé et cousu de cuir sur la bande.

 

La production d'un chapeau de feutre est donc un processus lent et minutieux qui demande une cinquantaine d'étapes. C'est pourquoi il faut en moyenne sept semaines pour fabriquer un chapeau. Ce processus de fabrication est transmis par les chapelleries, de génération en génération dans le plus grand secret, avec la juste dose de machine et de travail à la main ce qui détermine la qualité du produit fini.